Plexite du membre supérieur

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Jean Vallée, il y a 3 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #1256 Répondre

    Jean Vallée
    Participant

    Message publié le 24/04/2016 par Jean Vallée, transféré par le modérateur à partir du Forum de l’ancien site ARSER.
    C’était en 1982. J’ai eu un cancer à la gorge gauche occasionné par le port d’une sonde d’un isotope étalon pour la médecine nucléaire. Après une opération qui a permis d’enlever une tumeur, j’ai été soigné par radiothérapie et électrothérapie. 14 années après, les médecins m’ont dit que j’étais guéri. Je n’avais à cette époque que quelques fourmillements dans la main gauche et quelques contractions anarchiques des muscles de l’épaule.
    En 1998 je perdais tout ce que je tenais dans la main gauche, petit à petit je perdais le contrôle de l’élévation de mon bras gauche, et je faisais souvent des fausses routes en mangeant, la nuit j’étais réveillé par ma main qui venait me gifler, mes jambes se dérobaient sous moi lors de mouvements brusques, etc. Et je perdais mon emploi ! Ce qui me valut une bonne dépression.
    En 2005, mon bras gauche ne voulut plus s’élever. Après tous les examens neurologiques, électromyogramme, échographie, scanner, I.R.M. qui démontrèrent que je n’avais rien de visible pouvant être la cause de ce handicap, mon kinésithérapeute me fit connaître l’équipe neurologique de l’hôpital de la Salpêtrière qui m’aiguilla vers le docteur Delanian de l’hôpital Saint-Louis. Elle me suggéra de suivre son protocole de recherche sur les séquelles de la radiothérapie ; ce que je fais depuis octobre 2007.
    Depuis j’ai retrouvé l’usage complet de la main gauche, une meilleure vue, moins ou presque jamais de fausse route, un moral du tonnerre, etc. Tout cela me permet de dire que les recherches de l’équipe du docteur Delanian apportent du bien-être à ceux qui sont atteints des séquelles de la radiothérapie.
    Afin que ces recherches puissent se développer, des patients atteints de séquelles de la radiothérapie ont créé l’association ARSER qui a pour but de démontrer aux pouvoir publiques, qui ont la maîtrise du financement, qu’il y a un réel besoin dans ce type de recherche. Après la radiothérapie, et la guérison du cancer, il y a ARSER. Adhérez et rejoignez une équipe qui gagne. L’ARSER permet, lorsque l’on prend contact assez tôt, après la radiothérapie, de retrouver la joie de vivre longtemps ; moi je suis programmé (dans la tête) pour 130 ans… Jean VALLEE

Répondre à : Plexite du membre supérieur
Vos informations:





<a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre> <em> <strong> <del datetime=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">