Médicament CLASTOBAN 800 mg à nouveau disponible

Depuis décembre 2017, le CLASTOBAN était en rupture de fabrication.

Fin mai 2019, le Laboratoire BioProjet nous a annoncé que, dans toutes les pharmacies de ville, le CLASTOBAN 800 mg, soluble, est à nouveau disponible.

Une très bonne nouvelle pour tous les patients sous traitement PENTOCLO, en particulier pour ceux qui ont des pathologies ORL (ostéoradionécrose), donc des difficultés à avaler.

____________________________________________

Le compte-rendu de l’assemblée générale de l’ARSER du 25 mai 2019 est disponible. Si vous ne l’avez pas reçu, n’hésitez pas à le demander en écrivant à ecrire@arser.asso.fr

Testimony: Lymphedema and brachial plexitis

www.arser.org 

The story of my illness and its evolution is not only medical; it has also nourished the professional and personal aspects of my life for 50 years, with a desire to continue living by rationalizing my medical problems.

It was spring 1971, I was 33 years old and gave birth to 4 children, my days were well filled with my research activity at INSERM (National Institute of Health and Medical Research). I am then diagnosed with a tumor in the left breast which, after mammography and biopsy, turns out to be cancerous. The word cancer at the time was “taboo” and they sometimes refused to shake my hand, the doctors who treated me never said that terrible word, we had at that time, hypocritical conversations that generated “anxiety”.

After three months of preoperative radiotherapy of the breast and adjacent ganglionic areas, and radiotherapy of the ovaries to permanently stop the menstrual cycles, I underwent heavy surgery (removal of the left breast with axillary lymph node dissection) followed by new sessions of postoperative radiotherapy. No medical treatment will be prescribed for me, it was not the time. A delayed mobilization of the arm and massages to control the lymphatic edema will be my only treatments.

Although right handed, a small deficit of the fingers of the left hand at that time was a challenge for me because I played the piano; I felt that the left hand hardly followed the pace… my professional and family activities also contributed to the abandonment of the piano.

The years passed with 2-3 inflammatory episodes and limited lymphatic edema of the arm and forearm controlled with antibiotics. The wearing of long-sleeved clothes (a bit restrictive in summer), avoiding cut-stings by gardening with the left arm, will be my essential precaution. Finished, of course, the beach and the swimsuit, especially because of the comments of summer visitors. I discovered hiking in the mountains in summer, with backpack, no problem for my left arm; these steps at altitude did not pose any difficulty. Professionally, from 1987, I changed direction and for 25 years, I carried out many medical humanitarian missions on the ground with a well-known international association.

In 2008, at the age of 70, thirty-seven years later, I had more difficulties with the left hand when using the computer; I consulted several doctors but no answer, only compassion. I was told that it was an after effect of radiation therapy and that there was nothing to do. After an EMG (electromyogram) evaluating the electrical current of the nerves of each arm, a carpal tunnel operation will be offered to me, the operation on the right side will be a great success but no result on the left.

At the end of 2011, I had a discomfort with loss of consciousness (AIT or Transient Ischemic Accident), aphasia with paralysis of the left side of the tongue for a short period. Transported by firefighters to Bichat hospital, emergency exams will be made: brain MRI – cardiac assessment. If moderate hypertension was found, nothing at the time caught the attention of doctors and therefore no accurate diagnosis. My left arm was losing strength and the pain was managed with paracetamol.

It was then that, quite by chance, I was told about Dr. DELANIAN at the Saint-Louis Hospital, whom I would see for a consultation in June 2012. A randomized “PENTOCLO” therapeutic protocol with a draw had been recently organized by Dr. DELANIAN who suggested that I participate. I gave my agreement quickly because I finally found a doctor who took into account all my neurological symptoms which were accentuated;  a large lymphedema developed despite the daily wearing of an elastic compression sleeve, with intermittent tingling (paresthesia) of fingers. An MRI of the brachial plexus and various examinations confirmed a radially induced brachial plexitis, which is a nerve condition related to the dose of radiotherapy in 1971 in the supraclavicular trough (above the breast), nerve degeneration that has evolved in steps, slowly but gradually.

I followed the randomized protocol “PENTOCLO” for 18 months (from June 2012 to December 2013) with regular monitoring, with no side effects. The double-blind therapeutic protocol included Pentoxifylline, Tocopherol, and Clodronate as a daily dose, and I later learned that I had received the “real” treatment, without measuring the benefit. I was stable, but had no way of comparing whether the inevitable progression of plexitis was slower with treatment, each patient being unique in their reactions to the disease and treatment.

In 2014, despite maintaining a lighter treatment, the loss of sensitivity and motor skills of the hand was accentuated, and I had to put my arm in a sling to relieve the weight during walking.  In 2015, lymphedema had become so important with a sore and very heavy arm that I contacted Cognacq-Jay Hospital, a reference center for lymphedema. I was offered a 15-day hospitalization to mechanically reduce lymphedema with night-time self-bandaging and wearing a Mobiderm sleeve. The result will be useful therefore satisfactory at least some time.

At the end of 2015-2016, Dr. Delanian suggested a more advanced vascular exploration (Doppler – angioscanner – angio-MRI) which shows the existence of evolutionary arterial and venous vascular disorders post-radic with a stenosis (narrowing) at axillary-sub-clavicle, which increased the edema of the arm while the hand became cold. Phlebography and angioplasty followed by the placement of a venous stent were proposed and then performed in good conditions.

However, the following night, I suffered a brief cardiorespiratory stop, necessitating a transfer to intensive care … the heart also had received a lot of rays… The stent will be effective 1 month but will definitely stop.

In 2017, I again have a heart attack, am transported to the emergency room of the hospital Saint-Louis, I am released in the evening without anything abnormal outside a very low transient blood pressure. The subsequent cardiological assessment will finally show something… in echocardiography, a small pedicled left intra-ventricular mass (like a bell stick in the cardiac ventricle) evoking a myxoma (benign tumor); and I am on anticoagulation. Cardiac MRI at Saint-Joseph Hospital will confirm left intraventricular myxoma with emboligenic risk, new sequelae of so-called exceptional radiotherapy…

Thus, in 2019, I am aware that almost 50 years after the discovery of breast cancer, I am there, “lucky”, despite the loss of the use of my hand and my left wrist, compensated by a right arm ensuring double work!  In addition with a specific support that allowed me to limit many pitfalls.

If I remain medically realistic, my mind is always alert to the world. With my 81 years, I keep a satisfactory autonomy and I have confidence in the progress of clinical research as in basic research to understand the mechanisms of the disease.  Budgets could allow continuation of the research work initiated by Dr. Delanian and her team, whom I thank for the work done and the knowledge put at the service of patients.

The purpose of my testimony is to help people who, like me, have been operated on for breast cancer, to make the right decisions, and to be proactive about the care that is offered to them, always with hope and confidence in medicine that is constantly progressing.

March 2019 Marie-Claire G.

Testimony: Plexopathie lombo-sacrée

www.arser.org

Plexopathie lombo-sacrée

Soigné depuis 3 ans par le docteur Sylvie DELANIAN, je viens témoigner de l’amélioration de ma santé.

Tout d’abord mon histoire :

En août 1997, à 47 ans, découverte d’un cancer colorectal.

Traitement par radiothérapie (25 séances pré-opératoires) et chimiothérapie.

Résection colo-anale avec colostomie suivie de chimiothérapie.

Remise en continuité en mars 1998.

Très rapidement en 1998, lourdeur dans le pied gauche puis douleurs plus intenses au lever et au coucher. J’ai appris à vivre avec ces douleurs quotidiennes augmentées par la course ou la marche pendant une dizaine d’années.

Puis, j’ai constaté une amyotrophie du mollet gauche et une claudication progressive est apparue.

Fin 2013, après un travail physique prolongé, j’ai souffert de crampes très douloureuses dans les 2 jambes avec fasciculations dans les mollets. La marche est devenue presque impossible.

En mars 2014, apparition de troubles urinaires quotidiens et suite à une 1ère EMG à Saumur, une SLA est évoquée et un traitement est prescrit (RILUTEK et TOCO).

Six mois plus tard, après une 2ème EMG, le diagnostic de la SLA est remis en cause car la symptomatologie s’est atténuée.

En mars 2015, 3ème EMG à Tours évoquant une radiculopathie des membres inférieurs.

Je suis alors dirigé sur Paris vers le Dr PRADAT qui diagnostique une Plexopathie radio-induite lombo-sacrée et qui m’envoie consulter le Dr DELANIAN.

Depuis 3 ans je suis soigné par le Dr Sylvie DELANIAN qui m’a prescrit le traitement qu’elle a mis au point. J’ai constaté une amélioration rapide, les douleurs devenant supportables et la marche plus aisée.

Soupçonnant une sténose des artères suite aux douleurs persistant dans le mollet gauche, le Dr DELANIAN, après un angio-scanner a mis en évidence une sténose serrée à 70 % de l’artère iliaque gauche. La pose d’un STENT depuis 1 an a contribué à améliorer grandement la marche et à supprimer en grande partie les douleurs.

Je suis maintenant capable de marcher 4 à 5 km sans difficulté.

En conclusion, je suis très reconnaissant au Dr Sylvie DELANIAN qui m’a fait bénéficier de son traitement.

Son expertise et les connaissances qu’elle a accumulées permettent de nourrir beaucoup d’espoir pour soulager les patients qui souffrent des séquelles de radiothérapie.

Robert P.

Testimony: Radiculopathy

www.arser.org

First and foremost, I want to publicly acknowledge my thanks to Dr. Sylvie Delanian.  Through her extreme competence, her ability to listen, and her humanity, she is a role model and I can really say that she saved me.

Born in 1957, I presented a pure seminoma in 1996, at the age of 39, which was treated and cured by local surgery followed by “intense” radiotherapy on the abdomen and then the thorax.  In 2012, 16 years later, I suffered a sudden and rapid loss of strength in my legs.  In retrospect, I had a tendency for 2-3 years to twist my ankle, etc.

After many examinations and hypotheses spread out over long months, the diagnosis was finally made and confirmed by Dr. Delanian (for the record I’m a researcher and I found her scientific articles on the subject).  I was convinced to take a PENTOCLO antifibrosant treatment that started in 2012 and is still in progress in 2019. This treatment allowed me to stop the process of degeneration (nerves and fibrosis) of my lumbar plexus (radiculopathy) by  a slight improvement of the neurological situation then a stabilization … Since then, I am autonomous, I can move with feet almost normally, but with a persistent weakness in the legs especially when lifting the feet (beware of the carpets!).  Finished tennis, etc., but I live almost normally.

It must be said that this situation was not easy to accept and there followed a slight depression (this was new to me) at the end of 2012 because of anxiety about the rest (I already saw myself in a wheelchair, and with professional and family consequences).  I met a Buddhist psychiatrist (Zen) and these circumstances caused deep soul searching and gradually led to a clarification of many things.  I continue to practice Zen meditation since then with my wife; I did not need antidepressants.

For the record, the psychiatrist I consulted during my depressive reaction had prescribed an antidepressant.  Which I did not take, because of my resistance to the idea, and the meditation helped me to get through it.  I spoke to Dr. Delanian who offered me a drug from the IRS family Venlafaxine 37.5 every morning.  This is the smallest dose to limit the energy losses of the class of anti-depressants but at a dose 10 times lower … which convinced me.  The goal is to better recycle serotonin (by inhibiting its recapture) and so help (analog of a small crutch, according to Dr. Delanian) one of the neurotransmitters control (my legs in this case) … allowing W to avoid exhaustion.  As for this medicine, in the end I think we should not hesitate, because it allowed me to get through a tough situation and break out of a vicious circle.

Finally, I also practiced (and practice still irregularly) meditation, the idea is not a miracle drug that makes the pain disappear, but a help to give perspective by looking at the situation with a soothing effect (calm mind and body).  There are many related practices (sophrology, mindfulness, etc.) depending on the objective (meditation paradoxically not having an objective, it is precisely the way not to focus on a desired result!).

Courage, sharing, hope and compassion. Jean-Pierre

Emotion et satisfaction

Lors de notre dernière Assemblée Générale du 26 mai 2018, Roselyne NICOLAS, Responsable des Relations extérieures de l’ARSER, nous a informés de l’avancement de ses relations avec ORPHANET pour la reconnaissance des séquelles de la radiothérapie en tant que « Maladies rares ». Nous avons alors pris l’engagement de développer les efforts nécessaires pour étendre cette reconnaissance aux principales complications graves de la radiothérapie.

Quatre mois plus tard, après plusieurs entretiens avec notre Présidente, le Pr Sylvie DELANIAN, le Comité scientifique et médical d’ORPHANET a pris la décision de créer les deux entités « maladies rares » suivantes :

– Plexopathie radio-induite – ORPHA:521123  https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/Disease_Search_Simple.php?lng=FR
– Ostéoradionécrose mandibulaire – ORPHA:521127   https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/Disease_Search_Simple.php?lng=FR

Nous pouvons dire que nous sommes particulièrement émus de ce résultat, parce ce qu’il s’agit de deux thèmes vraiment importants pour lesquels le Pr Sylvie DELANIAN a consacré 20 ans de sa vie professionnelle. Nous remercions vivement ORPHANET pour avoir entendu nos messages au bénéfice des patients dits « longs-survivants » du cancer.

Alors, Oui, c’est une victoire !

Soyons en fiers ! Et surtout heureux pour tous les patients concernés par ces séquelles !

Pourquoi, sommes-nous si contents ?

Parce que ce référencement par ORPHANET va renforcer la connaissance et la reconnaissance des séquelles de la radiothérapie, ce qui est l’un des buts de l’ARSER.

Pour information, ORPHANET a été créé en France en 1997 afin de rassembler les quelques connaissances disponibles sur les maladies rares pour améliorer le diagnostic, le soin et le traitement des patients. Cette initiative est devenue un effort européen à partir de l’an 2000, financée par des fonds de la Commission européenne : ORPHANET s’est progressivement transformé en un Consortium de 40 pays répartis en Europe et à travers le monde.

Au cours des 20 dernières années, ORPHANET est devenu la source d’information de référence sur les maladies rares. En tant que tel, ORPHANET s’engage à aider tous les publics à accéder à une information de qualité sans que ceux-ci se perdent parmi la pléthore d’informations disponibles en ligne, de fournir les moyens d’identifier les patients atteints de maladies rares et de contribuer à générer des connaissances en produisant des données scientifiques massives, réutilisables et informatisées.

Le travail d’ORPHANET tend à atteindre trois objectifs principaux :

Améliorer la visibilité des maladies rares dans les domaines du soin et de la recherche en développant la nomenclature d’ORPHANET (chaque maladie reçoit un numéro ORPHA unique) qui est intégrée dans les systèmes d’information de santé et de recherche.

Fournir des informations de haute qualité sur les maladies rares et de l’expertise afin de permettre le même accès à la connaissance pour toutes les parties prenantes, car les patients atteints de maladies rares sont éparpillés dans le monde entier, tout comme le sont les experts en maladies rares.

Contribuer à la production de connaissances sur les maladies rares : assembler les pièces du puzzle fournies par des experts provenant du monde entier, allant des professionnels de soins de santé et des chercheurs, jusqu’à des représentants de patients et des professionnels du secteur médico-social. (Voir : https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/Education_AboutOrphanet.php?lng=FR )

Que peut apporter, au quotidien, cette classification « maladie rare » de la plexite radio-induite et l’ostéoradionécrose mandibulaire aux patients qui en sont atteints ?

ORPHANET n’a pas encore développé les informations spécifiques à ces deux nouveaux référencements. Cependant on trouve sur son site un document, régulièrement mis à jour, qui s’intitule « Vivre avec une maladie rare en France ? » https://www.orpha.net/orphacom/cahiers/docs/FR/Vivre_avec_une_maladie_rare_en_France.pdf

Ce document exhaustif compte 71 pages, ce qui pourrait freiner sa lecture, mais il est très structuré. Sa division en nombreux chapitres permet d’aller directement au sujet qui intéresse le lecteur.

Vous y trouverez les aides (humaines, financières et techniques) et les prestations permettant aux personnes atteintes de maladies rares (en situation de handicap ou non) et à leurs proches d’avoir un accompagnement et une évolution dans la société la plus proche possible de celle des personnes valides.

Nous avons noté la prise en charge des maladies rares par l’assurance maladie (Chapitre I. B. page 17), en particulier la reconnaissance en affection longue durée (ALD) (chapitre I. B. 3. Page 18) avec remboursement par l’assurance maladie des soins pour les maladies rares, mais aussi prise en charge possible des frais de transport (I. B. 5 page 22).

La reconnaissance « maladie rare » facilite également l’obtention de la Carte Mobilité Inclusion (CMI) qui a pour but de faciliter la vie quotidienne en permettant de bénéficier de certains droits notamment dans les transports. Elle remplace progressivement depuis le 1er janvier 2017, les cartes d’invalidité, de priorité et de stationnement. (II. A. 1. Page 25)

En résumé, cette classification « maladie rare » de la plexite radio-induite et l’ostéoradionécrose mandibulaire devrait permettre aux patients qui en sont atteints d’améliorer leur vie au quotidien grâce à la reconnaissance de leur problème de santé, mais aussi d’en parler à leurs médecins pour les impliquer dans cette (re)connaissance.

Cette avancée a été possible également grâce aux adhérents de l’ARSER. Si vous, lecteur, vous souhaitez nous rejoindre et être informé régulièrement de nos démarches, il vous suffit de cliquer sur Bulletin d’adhésion dans la colonne de droite et de nous renvoyer votre adhésion complétée.

A bientôt ? Plus nous serons nombreux, plus notre voix pourra se faire entendre !

Bien cordialement.
Jean-Bernard Froidure
Secrétaire général

Les Forums évoluent

Chaque Forum permet aux individus qui y participent de sortir de l’isolement de leur histoire singulière et d’échanger sur leur quotidien : « Suis-je seul à vivre ça ? Mais comment font les autres patients pour supporter ? Comment vais-je évoluer ? Comment fait l’entourage ? Quelle astuce pour éplucher mes légumes, pour me laver ? Quels moyens pour me déplacer avec un handicap ? Comment avaler quand je ne peux déglutir ?» etc.

Chaque patient étant le meilleur informateur de son vécu, le Forum peut apporter une aide que le corps médical n’a pas vocation à développer… Un « patient-expert » pourra ainsi échanger avec un autre. Votre implication fera le succès du Forum.

Pour faciliter la communication entre les patients, les sujets ont été rassemblés par grand thème, en tenant compte de la zone irradiée. Les forums sont désormais moins nombreux : 26 au lieu de 82. Ils correspondent aux séquelles connues de la radiothérapie, sont à votre disposition pour cibler une discussion, en fonction du thème qui vous préoccupe. N’hésitez pas à exposer votre ressenti, déposer votre témoignage, poser des questions, exprimer des conseils qui aideront sans doute d’autres personnes qui, elles-mêmes, sauront vous apporter leur concours et réconfort.

Nous vous souhaitons de bons et fructueux échanges !

http://arser.asso.fr/forum-arser/

Assemblée générale de l’ARSER – Clastoban Rupture de stock

L’Assemblée générale de l’ARSER s’est tenue le samedi 26 mai 2018 de 10:30 à 12:30, à la Maison des Associations rue du Château 92200 Neuilly sur Seine.

Vous pouvez nous contacter pour recevoir le compte-rendu.


CLASTOBAN 800 mg comprimé pelliculé : Rupture de stock pour une durée indéterminée. In England CLASTEON 800 is available

Suite à une rupture de stock et fabrication, le CLASTOBAN 800 mg comprimé pelliculé (acide clodronique), n’est plus disponible depuis mi-décembre 2017, en ville ni à l’hôpital. Voir sur le site Vidal : https://www.vidal.fr/actualites/22511/clastoban_acide_clodronique_rupture_de_stock_et_mise_a_disposition_a_l_hopital_d_une_specialite_d_importation/

A noter qu’en France, une autre spécialité contient de l’acide clodronique : LYTOS 520 mg comprimé pelliculé. Les indications de LYTOS sont les mêmes que celles de CLASTOBAN.

Le Pr Sylvie Delanian précise : Le médicament concurrent LYTOS (clodronate) existe en version 520 mg, comprimés pelliculés, boîte de 30, et peut donc être délivré par la pharmacie de ville à la place du Clastoban. C’est la même molécule chimique (clodronate) donc pas de soucis à la pharmacie pour la substitution… La seule question reste l’équivalence de dose.

Pendant la rupture de stock de plusieurs mois, il est donc possible de remplacer :

CLASTOBAN 800 x 2/j par LYTOS 520 x3/j

CLASTOBAN 800 x 1,5/j par LYTOS 520 x2/j

CLASTOBAN 800 x 1/j par LYTOS 520 x1,5/j

Let’s wish ourselves a happy new year 2018!

Make sure the year 2018 is beautiful, that it brings satisfaction and small pleasures on a daily basis: That is what we will work for during these next 12 months!

Let’s act bearing in mind that:                                                                                        The future is not what is going to happen, but what we will make!”

Keep your spirits up!

The Office of ARSER, the Board of Directors and the Scientific Council

Radioprotection

3ème Rencontres Radioprotection dans le domaine médical : Professionnels, usagers, tous concernés. Lille, 14/11/2017

Le mardi 14 novembre 2017, se sont tenues à Lille les « 3èmes Rencontres Radioprotection dans le domaine médical – Professionnels, usagers, tous concernés ». L’ARSER a été invitée par l’organisatrice des Rencontres, Anita Villers, Présidente de l’Association Environnement et Développement Alternatif (EDA), Jean-Pierre Briot, Chargé Relations extérieures et Délégué île de France nous a représentés.

La Journée était très bien organisée et d’une richesse et qualité rares, structurée en tables-rondes réunissant des spécialistes, avec un spectre large : des aspects institutionnels et réglementaires de la protection, aux aspects scientifiques, techniques, de formation, et bien sûr médicaux, entre autres les mérites et effets collatéraux éventuels de la radiothérapie. 25 intervenants et 160 participants.

Notre présentation s’insérait dans la table-ronde « Améliorer la protection des patients et de leur entourage ». Plutôt qu’une présentation institutionnelle, nous avons préféré ancrer et illustrer les motivations, questions traitées et actions de l’ARSER, par un point de vue patient (le nôtre !), tout en le corrélant aux objectifs et actions de l’ARSER, qui étaient affichées sur l’écran. Nous avons soulevé la question du suivi des « longs survivants » et de l’intérêt d’anticiper des lésions radio-induites, dont les symptômes peuvent apparaître après la période éventuelle de rémission considérée complète et définitive.

                                 

Nous avons eu un certain nombre de retours très positifs de participants ainsi que de l’organisatrice, Anita Villers, sur notre intervention et sur l’ARSER. Signalons que certains exposés ont été une source d’informations très intéressantes et de contacts. Nous citerons notamment : Xavier Mirabel (radiothérapeute, Centre Oscar Lambret, Lille) et Thierry Sarrazin (physicien médical, Centre Oscar Lambret, Lille), sur la radiothérapie et ses effets ; Michel Bourguignon (conseiller, IRSN, Fontenay-aux-Roses), sur la réponse individuelle aux rayonnements ionisants ; Esther Bouche (physicienne médicale, Centre Léonard de Vinci, Douai), sur les progrès techniques et thérapeutiques des plateformes de radiothérapie robotisées (CyberKnife) ; Olivier Guipaud (chercheur en radiobiologie, LRMed/IRSN, Fontenay-aux-Roses), sur les progrès scientifiques pour anticiper et réduire les impacts des radiothérapies ; Noëlle Mathieu (chercheure en radiobiologie, LRMed/IRSN, Fontenay-aux-Roses), sur les espoirs de la thérapie cellulaire utilisant les cellules souches pour le traitement des lésions radio-induites.

 

Mandibular osteoradionecrosis – Good news for patients

Le Pr Sylvie Delanian, notre Présidente, a été invitée pour présenter « son » traitement PENTOCLO dans le cadre d’un enseignement européen sur la prise en charge de l’ostéoradionécrose mandibulaire. Son intervention s’est tenue au sein du 53ème Congrès de la Société Française de Stomatologie, Chirurgie Maxillo-Faciale et Chirurgie Orale à Marseille, le vendredi 6 octobre 2017.

Cette conférence ORN, organisée à Marseille par le Pr Isabelle BARTHELEMY, a été des plus constructives. La session entière a été consacrée à l’ostéoradionécrose mandibulaire : avec les interventions du Pr Laurent DEVOIZE en chirurgie orale et du Pr Claire MAJOUFRE chirurgienne maxillo-facial.

Tous deux ont rapporté une expérience très positive de la pratique du PENTOCLO l’un à Clermont-Ferrand, l’autre à Bordeaux, initiée depuis la conférence inaugurale donnée par le Pr Sylvie Delanian à la Société Française de Cancérologie Cervico-Faciale de 2013 en Belgique.

Ainsi, le travail réalisé à l’hôpital Saint Louis a reçu un vif succès dans sa nouvelle version « saison 3 » incluant un traitement d’entretien.

Il est à noter aussi que 3 thèses de médecine ont été écrites en France sur l’intérêt du PENTOCLO dans l’ORN entre 2011 et 2017 (Caen, Lyon, Clermont Ferrand).

Deux thèses de médecine/odontologie sont aussi en préparation à l’étranger à Barcelone et Londres, en parallèle avec des conférences en Maxillo-Facial. Ces invitations pour faire connaître/enseigner le traitement médical (PENTOCLO) ont été diligentées par la Société Catalane (28/01/2017) et la Royal Society of London (10/11/2017).

Donc, de bonnes nouvelles pour les patients !

Jean-Bernard Froidure, Secrétaire général

 

Once more, tangible progress regarding the ORN – mandibular ostéoradionécrose!

Le Pr Sylvie Delanian, Présidente de l’ARSER, est intervenue ce vendredi 10 novembre 2017 lors des controverses (débats) scientifiques de l’UCLH (University College London Hospitals) présidées par le Pr Mark McGurk Consultant en chirurgie buccale et maxillo-faciale et chirurgien de la tête et du cou.

Londres a fait honneur à la “French touch”. En effet, les chirurgiens maxillo-faciaux et dentistes de Grande Bretagne ont montré que l’association Pentoxifylline-Tocopherol après extraction dentaire est efficace dans la prévention de l’ostéoradionécrose mandibulaire. Cet essai positif, construit à partir des travaux menés par le Pr Delanian, est une belle avancée pragmatique.

De plus, il est envisagé de débuter un essai anglais PENTOCLO pour traiter l’osteoradionécrose mandibulaire avérée, calqué sur l’expérience de l’hôpital St-Louis !

Enfin, le Pr Delanian a présenté les résultats du traitement médical sans chirurgie, par PENTOCLO suivi de consolidation pour les fractures mandibulaires sur osteoradionécrose, ce qui a “décoiffé” l’auditoire…

L’ARSER est heureuse de vous communiquer ces informations positives et encourageantes. Hauts les cœurs !

Jean-Bernard Froidure, Secrétaire général